Carrière

En étudiant les gens qui se disent heureux dans leur job, la théorie de l’auto-détermination stipule qu’il faut trois caractéristiques pour s’éclater dans son métier : bien maîtriser son sujet d’un point de vue technique, être en autonomie sur l’organisation de son travail (choisir son sujet et/ou la manière de résoudre les problèmes qui nous sont soumis) et trouver un sens à son travail en aidant les autres.

Seulement, la compétence vient en premier : en étant bon dans son job, on sera capable de négocier les conditions pour disposer des deux autres. Et pour être bon, il faut savoir apprendre !

Comment apprendre

Dans So Good They Can’t Ignore You, l’auteur Cal Newport est parti étudier comment les experts dans leur domaine respectifs ont construit leur carrière, et il explique les fondements pour y parvenir, qui tournent principalement autour de l’apprentissage, et notamment de la technique de la pratique délibérée. Pour une version courte sur la pratique délibéré, voir aussi ce guide de James Clear pour débuter sur le sujet

Pour une vision un peu plus complète sur l’apprentissage, je vous recommande aussi le MOOC gratuit Learning How To Learn, qui aide à comprendre les stratégies d’apprentissages et les mécaniques neurologiques à l’oeuvre. Un panorama complet, indispensable pour se mettre en mouvement sur le sujet.

D’une manière un peu plus philosophique, il faut aussi lire The Art of Learning de Josh Waitzkin. Prodige des échecs et champion du monde d’arts martiaux, Josh Waitzkin explique sa philosophie d’apprentissage dans une réflexion intime et profonde, passionnante. En guise d’introduction au personnage, je vous recommande son interview par Tim Ferriss, fascinante elle aussi.

Comment être bon dans son job

Nous vivons dans un monde de distractions permanentes. En se protégeant de ces distractions et en établissant des routines de « travail profond » (2 à 4 heures de travail ininterrompus), on sera capable non seulement d’être très bon dans son job, mais aussi d’y prendre beaucoup de plaisir. Comment refuser cette invitation de Cal Newport ? exposé brillamment dans Deep Work: Rules for Focused Success in a Distracted World ? Une démonstration implacable basée sur la psychologie du Flow et les neurosciences.

A l’extrême inverse, Tiago Forte propose une approche basée sur ce qu’il appelle le Just-In-Time Project Management (lire sa série d’articles) qui consiste à explorer et utiliser ce qu’il faut au bon moment, en étant capable de découper son travail en petit paquets qu’on peut réutiliser à différents moments. Bien plus complexe à appréhender, sa méthodologie impose une rigueur implacable pour bénéficier de la surabondance d’informations qui existent. Une approche anti-fragile de la productivité.

Comment s’organiser

Nous avons tous plusieurs projets en cours, plusieurs vies à mener (pro, perso, associatif, etc.) et des sujets d’intérêts qui varient au fil du temps. Sur chacune de ces dimensions, nous devons gérer des todos, des documents, des articles, des livres, mener des réflexions… Comment gérer toute cette complexité ? Tiago Forte propose une méthodologie complète, qu’il appelle Second Brain (lien vers sa formation), et qui permet d’être efficace dans un océan d’informations. Après des années à chercher le bon système, j’ai trouvé dans cette méthode une sérénité et une efficacité que je n’aurais pas imaginé possible.

Faire un boulot qui a du sens

Voir aussi ma réponse Quora : Le choix de sa passion comme carrière est-il une bonne idée ?

Livre d’analyse bourré d’anecdotes et d’observations très éclairantes, Linchpin de Seth Godin étudie le monde des créatifs au sens large : ceux qui font des choses, qui résolvent les problèmes, qui vont au delà du status quo. Pour Seth Godin, le travail peut-être une plate-forme pour son art personnel, sa contribution au monde, et les linchpins sont justement ces artistes, ceux qui créent le monde de demain. Inspirant, éclairant. Un délice.

Dans la lignée de Seth Godin, je vous recommande aussi le très court The War of Art de Steven Pressfield, dans lequel il développe cette idée que le travail (et l’art en général) est un combat perpétuel contre ce qu’il appelle « La Résistance », une émanation de notre cerveau reptilien qui a peur de faire des choses nouvelles, qui a peur de se montrer. La majeure partie du travail de l’artiste consiste à se battre contre cet ennemi intérieur. Sur la même thématique, je vous recommande aussi ce TED Talk d’Elizabeth Gilbert qui préfère s’imaginer comme simple transmetteur d’un génie créatif. Barré, mais poétique et tout à fait pertinent !

Enfin, pour ceux qui souhaite une méthodologie pour avancer, je recommand Business Model You, de Tim Clark. C’est probablement le meilleur outil que j’ai rencontrée pour apprendre à construire sur-mesure un job qui nous ressemble. Des exercices très clairs et bien expliqués. Dans une autre approche, un peu plus créative et intuitive (il faut faire des dessins !), je recommande aussi Design The Life You Love.